Le temps…

Mercredi 4 septembre 2019

Plus de trois ans que ce blog est au mouillage. Un seul chiffre est révélateur du temps écoulé, le groupe des Granvillais compte désormais…3828 membres.

DSCN1652.jpg

au bout du roc

Publicités

Quid de la blogosphère ?

Après avoir jeté un oeil sur les sillage des groupes FB, votre serviteur vient de faire le point des blogs sous WordPress qui se pressent autour des neurones qui s’envolent chaque jour de mon pauvre cerveau de blogueur invétéré…

la blogosphère sous WordPress de Cotentinois est là : BlogoSWordpress (BSW)

Evolution des groupes sur FB

Coup d’oeil vers l’arrière, vers le sillage….

Un peu plus de six mois écoulés depuis le début de l’année – nous sommes le 10 juillet –  et un petit bilan sur mes cinq groupes facebookiens , effectué aujourd’hui permet de mieux appréhender les vitesses de croisière des uns par rapport aux autres depuis janvier , voire février pour le plus récent.

Administrés uniquement par votre serviteur (sauf celui de Marité pour lequel j’ai demandé sa participation à Michel Vivier) ont connu un développement tel que indiqué ci-dessous :

Arrive en tête Granville – Granvillais du Large passé de 491 à 731 membres (+ 220)

en 2, Figures de Proues 319 à 516 (+ 197)

en 3 Ex Voto 160 à 254 (+ 94)

en 4 Croix du Sud III créé le 14 février 2016 totalise actuellement 75 membres

en 5 Marité, le dernier Terre-Neuvier 816 à 841 (+ 25).

On peut donc en déduire que le groupe réunissant le plus de membres (Marité) est aussi celui qui a le moins progressé. Quant à Granville ce dernier affiche un réel pouvoir attractif régulier mais comment pourrait-il en être autrement et ce, sans chauvinisme aucun. les Figures de Proues et Ex voto bénéficient d’un large attrait pour nos voisins Bretons mais aussi pour beaucoup d’étrangers passionnés par ce qui touche à ces porteurs de rêves comme j’aime à qualifier les grands voiliers.

Quoi qu’il en soit, un GRAND MERCI aux 2417 membres qui participent par leurs envois au développement de ces pages résolument orientées « mer ».

cropped-dscn4896bandeau-cyberie-un.jpg

l’oeil qui regarde vers le large, plage de Tréauville dans le Cotentin

Une visite virtuelle de Cherbourg

Christophe Bocher, un photographe de Cherbourg (Manche), a lancé son portail de visite virtuelle « Tout-Cherbourg.com » pour faire connaître la ville en dehors du département. Récit.

Le portail web Tout-Cherbourg.com a pour vocation de montrer la ville autrement autant à ses habitants qu'à l'échelle nationale ou internationale. (Photo @Facebook Tout-Cherbourg / Christophe Bocher)
Le portail internet, Tout-Cherbourg.com, a pour vocation de montrer la ville autrement, autant à ses habitants qu’à l’échelle nationale ou internationale. (Photo @Facebook Tout-Cherbourg / Christophe Bocher)

Tu sais que tu viens de Cherbourg (Manche), quand…les seules choses connues de ta ville par la plupart des gens sont la météo et les parapluies, avec Catherine Deneuve ! Christophe Bocher, photographe de la Manche, veut changer les repères. « À Cherbourg, il y a tant de choses à faire et à voir, c’est trop réducteur ». Depuis le 1er juillet 2015, il a lancé son portail internet sur sa ville. Tout-Cherbourg.com est né pour visiter la ville comme si vous y étiez.

Une méconnaissance de la ville

Malgré les groupes sur les réseaux sociaux qui vantent les mérites des villes et se moquent des clichés, certains ont la vie dure. Ancien militaire de l’armée de l’Air, Christophe Bocher a sillonné la France pour le travail et rentrait chaque week-end à Cherbourg. Quand l’homme parlait de sa ville, il faisait front face à la méconnaissance.

Seuls les clichés subsistaient, j’ai voulu changer ça. Cherbourg, pour la plupart des gens, ce n’est qu’un point sur la carte de la présentatrice météo ou une ville citée dans un film. J’ai même rencontré des gens qui plaçaient Cherbourg, à côté de…Dunkerque .

Le passionné de photographie se lance, alors, en 2013, dans le projet. Il veut créer une plateforme de visite virtuelle de Cherbourg et ses alentours. Trois ans plus tard, ses clichés d’une incroyable précision permettent de se balader dans la ville, d’aller saluer la rade, le port, la Cité de la mer, le centre-ville et ses commerces, et bien plus encore.

Un projet qui prend de l’ampleur

En 2014, Christophe Bocher lance la visite de Cherbourg-Octeville seulement. « Mais pourquoi s’arrêter là ? Autant couvrir l’agglomération ! » Querqueville, Tourlaville, La Glacerie, Équeurdreville-Hainneville suivront.

Depuis la création de Cherbourg-en-Cotentin, cela parait plus évident encore. Cherbourg est une locomotive pour la Manche. Sa faune, sa flore et ses paysages sont si différents…

Et le photographe a toujours de nouvelles idées pour faire évoluer son projet. « Je serais ravi de couvrir la Manche toute entière ! D’ailleurs, je dois recontacter Manche Tourismepour évoquer mon portail. Je n’avais pas pensé mon portail comme un outil pour le tourisme, mais si cela permet de connaître un peu plus le département et ses richesses, c’est une excellente chose. »

68 milliards de pixels

Cette version de la plateforme lancée au 1er juillet 2015 a nécessité des milliers d’heures de travail. Un travail titanesque ! « Rien que sur la photo d’accueil du portail, il y a 1 600 heures de travail, c’est une photo panoramique de 68 milliards de pixels. Au moins deux semaines, rien que pour la prise de vue. » Mais le passionné ne s’arrête pas là. « Pour ce projet, j’ai tout fait tout seul. J’ai traduit en six langues chaque information sur les endroits cliquables, j’ai créé le site en lui-même en code HTML. » En six mois, le site dénombre pas moins de 5 361 visiteurs…dans 95 pays différents !

http://tout-cherbourg.com/toutcherbourgfr.html?html5=prefer

Une aventure Norvégienne

Un site attractif et dynamique

Un site attractif et dynamique

En mai 2016, la plus grande réplique d’un navire de l’âge Viking s’élancera de Haugesund dans le Hordaland pour faire route vers l’Ouest et les côtes américaines. Le projet de Sigur Aase, initiateur et patron de la compagnie Viking Kings qui est derrière ce projet aventureux va donc entrer dans sa dimension finale. Déjà, en 1893, Magnus Andersen, un autre norvégien avait traversé l’atlantique à bord de ce type de bateau pour se rendre à l’exposition universelle de Chicago. Extrait de mon commentaire accompagnant la diapo de son navire dans la présentation de votre serviteur intitulée « l’âge Viking » visionnée à Coutainville et plus récemment à Cérences, j’évoquais alors le langskip de Gokstad

Treize ans après sa découverte, une première réplique de ce navire traversa l’atlantique nord en 1893 pour ce rendre à l’exposition universelle de Chicago.

Parti de Bergen, il toucha Terre Neuve 28 jours plus tard et selon Magnus Andersen son skipper, la navigation fut exceptionnelle.

Le navire, léger comme une mouette, glissait du sommet d’une vague à l’autre, atteignant parfois la vitesse de 11 nœuds.

Du 1er mai au 3 octobre 1893 se déroule donc, sur les bords du lac Michigan, la deuxième exposition universelle américaine.

Après Philadelphie (1876), la ville de Chicago se voit choisie pour accueillir la présentation des produits de l’art et de l’industrie de plus de 70 000 exposants, et pour célébrer le quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb.

Magnus Andersen voulait en fait prouver que ses ancêtres avaient précédé Christophe Colomb en Amérique, ce que l’archéologie prouvera au début des années soixante grâce à la découverte du site de l’anse aux meadows situé au nord de Terre Neuve.

François, l’aérophotographe

Des images superbes

Des images superbes

François Levalet écume la région équipé de son cerf volant portant la nacelle de son boitier. Groupées par thèmes, les images qu’il produit sont de toute beauté et surtout très originales en raison de l’approche aérienne qui n’est pas sans rappeler celles réalisées par Patrick Courault, qui lui utilise un U.L.M. Chacun sa technique mais avouons que le cerf volant c’est tout de même plus sympa, écolo et surtout beaucoup plus silencieux, non ?

En savoir plus sur François ? regardez le faire sa démo ici : François Levalet, aérophotographe

Myriam, l’amoureuse du Belem

Un site de toute beauté

Un site de toute beauté

Depuis 2003, Myriam Villert se place « dans le sillage des voiliers d’hier et d’aujourd’hui » et son site est donc consacré « aux porteurs de rêve » comme je les appelle. De superbes photos, avec une place de choix pour le Belem à bord duquel Myriam a effectué plus de quarante stages (excusez du peu !) mais l’on découvre également des paysages maritimes capturés par l’objectif de la talentueuse Myriam comme, par exemple, ce portfolio Chausey – Granville. A visionner absolument. C’est là : Gréements